Bienvenue à Princeton !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .
 

 Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Dim 18 Mai - 14:59

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Cela faisait une semaine qu’Elen était aux Etats-Unis et ce que l’on peut dire, c’est qu’elle n’avait pas chômé. Bien qu’elle était toujours à l’hôtel elle avait passé ses journée a visité quelques logements, déposé quelques dossiers et elle espéré pouvoir s’installer au plus vite. Si on lui avait il y a six mois qu’elle aventure elle allait vivre, elle ne l’aurait pas crue. Elle ? Quitter Edimbourg, la blague, et pourtant. La vie était pleine de surprise, car même si c’était elle qui avait pris cette décision, elle c’était surprise elle-même.

Au bout de trois jours elle avait rencontré le Doyen de l’université de Princeton ou elle enseignerait à partir de maintenant. Celui-ci lui avait fait visiter l’université en gros, c’est-à-dire salle de réunion, de professeur, bureau administratif, pour le reste, elle avait les plans. Il lui parla de l’établissement, de son histoire –chose qu’elle avait écouté d’une oreille distraite-, de la pédagogie, bref un long discours par forcement toujours passionnant. Bref, il l’avait informé que les dossiers de son prédécesseur l’attendraient en salle des enseignants lors de son premier jour, puisqu’elle prenait le poste en cour d’année, elle se devait s’informer du programme que les étudiants avaient déjà eu.

C’est ainsi que l’écossaise arrivait en salle des professeurs après c’êtres perdu quelques fois dans l’établissement, elle devait l’avouer. Quant à ce qu’avait promis le Doyen, Elen se félicité d’être venu aussi tôt lorsqu’elle vit la pile. C’est donc après un soupir qu’elle embarqua les dossiers sous le bras pour prendre  un peu plus loin dans la salle vide, ce qui était normal puis les cours avaient déjà commençait et tous était soit en cour, soit pas encore arrivait parce que leur emplois du temps les faisait commençait plus tard. Si elle n’avait pas eu cette pile de dossier, la rousse aurait été la première à venir plus tard à la faculté, faut pas croire, ils avaient tous une vie en dehors de la faculté. En attendant, elle avait des niveau à étudier, c’est ainsi qu’elle prit le premier dossier.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Dim 18 Mai - 16:07


       


       

       
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
       


       
       

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ

Une journée comme une autre qui démarre. En vue, des cours, des cours et encore des cours. Enfin non d'ailleurs, ce n'est pas une journée si chargée que cela. Je n'ai cours que l'après-midi mais j'ai pas mal de choses à faire pour préparer les cours des semaines prochaines. C'est d'ailleurs pour cette raison que je me rend assez tôt à l'université. Plus tôt que je ne m'y rendrais d'habitude. Le souci c'est que je sais que je n'arriverais pas à faire quoi que ce soit si je reste chez moi, malgré que j'ai toute la matinée. Bien sûr, je profite tout de même d'une petite grasse matinée. Je dis bien petite, puisque je n'arrive jamais à dormir bien longtemps. Ensuite je prends le temps de me lever, de prendre mon petit-déjeuner. En gros, je ne me presse pas, voilà. Je profite du temps qu'il m'est donné.

J'arrive à l'université vers le milieu de la matinée. Il n'y a personne dans les couloirs, sauf quelques élèves qui n'ont pas cours - ou n'y vont pas d'ailleurs - ainsi que ceux qui courent pour y aller puisqu'ils sont en retard. Ah la jeunesse. Ça me paraît presque loin l'université, et pourtant ce n'est pas non plus si loin que ça. J'arrive à la salle des professeurs, où par habitude je me fais un thé. Je ne regarde pas autour de moi, il ne devrait y avoir personne alors à quoi cela servirait de regarder ? Tout en attendant que mon eau chauffe, je sors mes affaires, que je pose sur la table qui est au milieu de la pièce. Je retourne alors chercher mon eau et faire infuser mon thé. C'est en me retournant que je vois que je ne suis pas seul dans la pièce. Je manque presque de m'étouffer avec la gorgée que je viens de prendre et pose donc ma tasse. Une fois que j'ai reprit mes esprits je relève les yeux vers la personne qui est en face de moi.

Désolé je ne vous avais pas vu.

La personne à qui je m'adresse est en plein dans ses dossiers et a l'air très concentrée. Je ne me souviens pas de l'avoir déjà vu. J'ai entendu dire que l'on allait devoir accueillir une nouvelle enseignante, une professeur de physique, raison pour laquelle je m'en souviens, parce que sinon ça me sort complètement de la tête. A vrai dire je n'en sais pas beaucoup sur l'enseignante en question qui doit venir. Tout ce que le doyen m'a dit c'est qu'elle vient d'Europe. Ça m'aide bien ça ... C'est grand l'Europe ! C'est au moment où elle lève les yeux vers moi que je me rend compte de qui elle est. Je me retrouve presque à faire une crise cardiaque tellement je suis étonnée de la voir ici.

Elen ?
     
ΨΨ
       

© Macha

       

       

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Dim 18 Mai - 17:12

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Mais qui était son prédécesseur, et comment pourquoi avait-il quitté la faculté ? Si c’était par demande de mutation, il n’avait pas intérêt de se présenter devant elle avant un petit moment tellement ses dossiers était désordonné. Après si c’était maladie ou décès, elle l’excusait, mais pas la mutation. Car elle avait muté récemment et malgré le travail que ça demandait elle avait pu prendre le temps de préparer ses plans de programme selon les différentes sexions qu’elle avait pour que son successeur sachant repéré rapidement les enseignements qu’avait eu le groupe lorsqu’elle avait noté dans chaque dossier de niveau ou elle c’était stoppé. Bref Elen avait eu une conscience professionnel envers celui ou celle qui lui succéderait, car elle se douter qu’arriver dans une nouvelle ville et dans une nouvelle université était déjà bien compliquer en soit. Elément que la rousse confirmer maintenant qu’elle le vivait.

Prise dans son dossier, elle entendit à peine une personne rentrer, elle ne prit même pas le temps de relevé la tête ou de le saluer. Pas part manque de politesse, mais parce qu’a cette instant même la politesse, elle l’avait oublié. De plus elle soupçonna rapidement que le nouvel arrivant ne l’avait pas vue puisque lui non plus ne l’avait pas saluer. Ca ou il était malpoli. Juste un instant elle se demanda qu’elle scène étrange elle devait donnait. En effet, l’écossaise avait le front appuyer sur la sa mains gauche alors qu’elle écrivait de son autre main. Bref elle ne donnait pas l’impression d’une passionné qui dans quelques heures devait partager ses connaissances avec des étudiant plus ou moins curieux de découvrir les lois de la physique.


C’est à cet instant que son hypothèse que le nouvel arrivant ne lavé pas vue se confirma. C’est aussi à cet instant qu’elle se figea dans la rédaction du schéma de programme que la rouquine essayait de ressortir. Elen savait qu’elle ne finirait pas croiser son ami, elle savait que même avec tous les efforts du monde, ils se croiseraient et devraient s’expliquer, lui pour la rupture de contact, elle pour son arriver à Princeton. Car oui à la simple phrase qu’elle avait entendue elle avait reconnu la voix d’Alec. En même temps les enseignant avec un accent écossé comme le leur il ne devait pas y en avoir des tonnes dans cet établissement. Après êtres rester figeait quelques secondes elle déposait son stylo tout en relevant la tête. Son doute fut alors confirmé et elle put lire la surprise sur le visage du professeur de chimie.


« Salut… »

Avec un sourire crispé, c’était la seule réponse qui lui vient à l’esprit après avoir entendu son prénom sortir de la bouche de son ami. Aujourd’hui devait être son premier jour face dans une nouvelle université, face à de nouveau étudiant. Elle n’avait pas prévue de confrontation avec un ami qui avait cessé de donner des nouvelles depuis deux ans. Et lorsque les mains qui suivirent cette pensée fut prononcé elle se sentit plus idiote encore. Ce qui se traduisit par un pincement de lèvres dès qu’elle se tue de nouveau.

« Comment va ? Depuis les temps… »
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Dim 18 Mai - 17:47


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ

Tant d’années sont passées et voilà que je me retrouve face à une de mes meilleures amies alors que je suis dans la salle des professeurs de l’université de Princeton. Ca fait pas mal de tant que je suis parti de l’Ecosse et le changement a été radical pour moi. Régulièrement je regarde mon téléphone, ou je commence à écrire un mail destiné à Elen et Bruce. Mais à chaque fois je finis par poser mon téléphone ou effacer ce que j’ai commencé à écrire. Je suis parti dans dire grand-chose, en les laissant s’occuper de toutes mes affaires et je ne les ai jamais remerciés. Je m’en veux assez fréquemment d’ailleurs mais j’essaie aussi de continuer d’avancer. Je suis venu à Princeton pour repartir de zéro, non pas pour me morfondre sur mon passé.

La voir là, en face de moi, c’est un retour dans le passé gigantesque. A vrai dire, je suis tellement heureux de la revoir. C’est là que je me rends compte qu’elle m’a énormément manqué. Cette élève devenue ma meilleure amie. Comment est-ce que j’ai pu arrêter de vouloir lui parler du jour au lendemain ? Entendre sa voix me rend bouche bée. C’est comme de la musique à mes oreilles. Mais ce n’est pas pour autant que je suis à l’aise.

Euh … ça va … les jours passent mais ne se ressemblent pas …

Ah bah ça c’est le cas de le dire qu’ils ne se ressemblent pas ? En me levant ce matin, je ne m’attendais pas du tout à cela ! Par contre, ma réponse est un peu froide. Deux années d’absence amènent à un léger blocage, il faut l’avouer. Est-ce qu’elle m’en veut d’être parti et de ne pas avoir donné de nouvelles ? Pourquoi elle est là ? Ce n’est pas que ça me gêne, au contraire, ça me fait très plaisir. Mais est-ce que c’est pour me dire mes quatre vérités ? J’ai un peu peur de ce qui m’attend, il faut bien l’avouer.

Donc t’es venue enseigner ici, toi aussi ?

J’essaie de cacher mon malaise comme je le peux mais je ne suis pas sûr que cela fonctionne tellement bien. Un sourire en coin, qui doit plus ressembler à une grimace qu’autre chose, et je reprends ma tasse pour boire mon thé. Au moins tant que je bois je n’ai pas de risque de faire de grimaces.

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Dim 18 Mai - 18:39

Premier jour, première galère
Elen & Alec

« Euh … ça va … les jours passent mais ne se ressemblent pas… »

D’accord, lui aussi ne semblais pas très l’occase aujourd’hui. Pourtant tous les deux étaient enseignant, tous les deux avaient parlé mainte et mainte fois devant une des centaines d’étudiant, voir beaucoup plus les bons jours, mais là à cet instant les mots semblaient manquer au deux. Pendant ce moment de flottement l’écossaise récupéra son stylo et commença à jouer avec tout en réfléchissant à ce qu’elle pouvait bien répondre. Jouer avec ce qu’elle avait entre les mains avait toujours était une manie chez elle et c’était encore pire lorsqu’elle se trouvait dépourvu de parole.

« Super alors… Bah je crois… »

Un mince sourire se forma alors sur les lèvres, bah ça devait être un sourie, mais au final ce n’était pas sur du rendu. Elle aurait voulu plus de temps… Bien sûr elle était heureuse de le revoir, c’était l’un de ses meilleurs amis, Bruce étant l’autre. Elle avait tellement de bon souvenir avec eux, elle partageait tellement de point commun avec eux, avec lui, l’homme qui se trouvait face à elle. Bon, certes, Elen lui en voulait un peu de ne plus avoir donné de nouvelle après son départ, elle avait essayé à plusieurs reprise d’en prendre en envoyant elle-même des mails, mais avait stoppé au bout de quelques envoies sans réponse. Il reviendrait quant-il le voudrait et elle sera là, blesser, mais là. En fait, elle avait toujours était à coter de lui, elle n’avait jamais rechigné de s’occuper de la maison de ses parents, elle n’avait jamais péter un plomb en se demandent pourquoi elle continuait alors qu’il semblait les avoirs complétements oublier, elle aurait pu, mais elle ne l’avait jamais fait. Ce fut la voie d’Alec qui la tira une nouvelle fois de ses pensées.

« Oui… C’était la proposition la plus "prestigieuse" que j’ai eu après avoir décidé de quitter Edimbourg »

C’était la réponse, la plus juste, elle n’avait visualisé aucun établissement lors de sa demande de mutation. Elle avait eu plusieurs proposition, mais c’était celle de Princeton qui l’avait étonné le plus, tout le monde connaissait Princeton, elle, elle pensée se retrouver dans une autre université de son pays, ou d’Angleterre, mais pas à Princeton. Ces yeux se posèrent alors sur la tasse de thé de son ami, quelle bonne idée il avait eu, ça lui faisait un grand bien… Elle désigna alors la tasse du doigt.

« Je peux en trouver ou ? » Oui, parce ça, le doyen ne lui avait pas indiqué.
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Lun 19 Mai - 7:42


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
La tension se ressent à chacune de nos phrases. Au moins il n’y a pas que moi qui suis tendu à l’idée de la revoir. Et pourtant on était si proches avant. En cet instant où elle me répond « bah je crois » une quantité énorme de culpabilité me tombe dessus. Je ne m’en veux pas d’être parti car c’est ce dont j’avais besoin, mais ce n’en est pas loin. En tout cas c’est certain je m’en veux de ne pas avoir appelé ou écrit un mail, ou même une lettre.

Ce qui m’étonne c’est qu’Elen ne soit venue que parce que c’était la meilleure proposition qui lui ait été faite. Elle savait très bien que j’étais ici … Aurait-elle pu venir juste pour me faire face ? Oh, il faut que j’arrête de me faire des films. Si c’était le cas, je serais surement en train de me prendre un énorme savon en ce moment même. Au contraire elle semble tout aussi stressée que moi. Bien sûr je ne doute pas que ça ait pu aider mais après réflexion ça n’a pas dû être le facteur principal

Tu m’étonnes. Je suis sûr que tu vas te plaire ici.

Enfin en ce qui concerne les études. Après pour le reste … Comment pourrais-je savoir ? Elle a probablement bien changé en deux ans. Rien que le fait qu’elle soit partie d’Edimbourg en dit long sur tout ce que j’ai raté. Que ce soit elle ou Bruce, ils étaient comme moi, attachés à leur pays natale. Trois écossais attachés à leur petit pays. Oui, on faisait un trio infernal. Si je n’avais jamais subit la mort de mes parents, je ne serais jamais parti d’Ecosse, et c’était pareil pour Elen. Je me doute donc qu’il a dû se passer quelque chose de grave mais je ne lui en demande pas plus. Après tant d’années, je n’ai pas le sentiment d’avoir le droit de lui demander des précisions sur des choses si personnelles.

Ah ici. Attends je t’en fais un.

Je me dirige alors vers la bouilloire que je remplie d’eau avant de l’allumer. Je sors une tasse et la boite avec tous les sachets de thé. J’en prends un avant de m’arrêter et me retourner vers Elen.

Tu bois toujours le même ?

On a vécu je ne sais combien d’années à ne pas se quitter tous les trois alors les habitudes je les connais. Mais elles ont peut-être changées … C’est pourquoi je préfère vérifier pour ne pas faire de bêtises.

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Lun 19 Mai - 15:19

Premier jour, première galère
Elen & Alec

La rousse sourit lorsqu’elle entendit son ami lui dire qu’elle allait se plaire ici, elle ne pouvait que le croire, il la connaissait mieux que personne. C’était étrange de le revoir avec cette distance entre eux, elle n’avait jamais existé au part avant, ça la chagrinait. Car certes Elen aurait voulu plus de temps pour savoir quoi dire, mais en même temps, elle était tellement pressée de revoir son meilleur ami. C’est un sentiment similaire qu’elle avait ressenti en voyant l’offre qu’on lui faisait. Alec était là-bas, elle le savait, elle le reverrait, mais voulait-elle vraiment revoir celui qui l’avait oublié durant deux ans, elle ou Bruce. Serait-il content de la revoir elle.

« Si tu le dis, je te crois, même si je t’avoue que je me suis perdu trois fois rien que ce matin pour arriver à cette simple salle que l’on m’avait montré… Je pense partir 20 minutes avant le début du cour pour trouver ma salle. »

Une petite note humoristique n’avait jamais fait de mal à personne et peut-être que ça détendrait un peu l’ambiance. Note humoristique, mais tout de même réel. Il faut dire que son premier et dernier poste avant celui-ci était dans l’université ou elle avait étudié, donc elle n’avait eu aucun souci pour repérer les lieux, elle les connaissait déjà plutôt bien, voir par cœur. Là elle arrivait dans un pays nouveau, une ville nouvelle et une université nouvelle. Elle c’était télécharger une application pour ne pas se tromper dans les transports qui la menait ici, ce qui faisait un soucie en moins, mais elle se voyait mal déplier le plan de la faculté que lui avait donné le doyen en plein milieu du couloir pour trouver son chemin.

« Non, c’est bon, je… »

Trop tard, il était déjà partie dans son élan. Elen sourit, mais elle se leva tout de même, elle en avait marre d’être assise. Elle contourna la table et rejoint son ami, maintenant qu’il n’était plus caché par un pile de dossier, elle put constater qu’il avait toujours gardé son allure maigrichonne que tout le monde lui envier lorsque l’on voyait ce qu’il mangeait. Elle lâcha un rire au souvenir des visages et yeux écarquiller de ceux qui voyait l’assiette d’Alec pour la première fois et qui comprenait que c’était tout à fait habituel. La rouquine avouée qu’elle l’envier aussi, même si elle n’avait pas à se plaindre, elle devait faire un peu plus attention que son ami.

« Toujours, on ne change pas les bonne habitude. »

Elle sourit en se demandent si le thé ici valait ce qu’ils trouvaient en écosse. Non, elle n’avait toujours pas essayé, elle avait ramenait son thé d’Écosse pour être sûr d’avoir quelques chose de buvable. Bon, ces frères l’avaient charrié en apprenant ça de Bruce qui l’avait balancé après l’avoir charrier lui-même. Ce qui lui coupa un regard noir et un coup de coude, mais ces deux-là n’était jamais en froid très longtemps.

« Contente que tu es l’air d’aller mieux. »

Faisant un mince sourire, elle prit la tasse qu’il lui tendait tout en hochant de la tête pour le remercier.
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Mar 20 Mai - 8:38


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
Je comprends totalement ce qu’elle me dit. Les premiers jours j’avais aussi du mal à m’orienter. Ce n’est pas petit une université, surtout une aussi prestigieuse que celle de Princeton. Puis elle était comme moi, son premier boulot a été dans l’université où elle avait étudié toute sa vie. C’est d’ailleurs en tant qu’élève que Bruce et moi l’avions connu en premier. C’était une de ces élèves avec lesquelles on s’entend bien et que l’on souhaite garder comme amie. On avait réussi et on était un super trio.

Tu m’étonnes. dis-je en souriant. Si tu veux je pourrais t’accompagner si tu as cours après moi.

Peut-être que les habitudes reviendront plus vite que je ne le pensais. En même temps j’ai toujours été très naturel avec elle et j’espère que tant de temps passé ne viendront pas gâcher ce que l’on avait. Ce n’est pas gagné mais l’espoir fait vivre non ?

Je me mets à préparer le thé pour Elen. En effet elle continue de prendre comme d’habitude alors je sais exactement comment lui préparer. Une fois celui-ci prêt je me retourne pour lui amener sa tasse. Je n’ai pas long à faire puisqu’elle s’est levée. Je n’ai donc qu’à lui tendre sa tasse qu’elle prend en me remerciant.

Bon ça ne sera surement pas aussi bon que ce que tu as l’habitude de boire en Ecosse mais ça se boit.

C’est plus que sûr que ce n’est pas comme ce qu’elle a l’habitude de boire. En deux ans je n’ai pas encore réussi à trouver le même thé que celui que je buvais dans mon pays natal. Il y a des fois où je regrette de ne pas y retourner, je pourrais m’acheter plein de thé pour pouvoir être sûr d’en avoir du bon. Je ne suis pas écossais pour rien et j’aime mon thé mais j’ai appris à être moins exigent qu’avant. Elen apprendra aussi, sauf si elle retourne acheter du bon avec un petit voyage.

Oui, ça va mieux. Il y a toujours la même période qui est difficile chaque année mais ça va mieux.

L’anniversaire du décès de mes parents est toujours une période difficile dans ma vie mais j’arrive à la surmonter. J’ai quelques aides ici, étonnement un élève fait partie de cette aide que j’ai. En fait, je ne sais pas vraiment si je vais mieux. Je fais passer les jours et je suis content d’être ici. Je ne regrette jamais le choix que j’ai fait il y a deux ans, ça m’a fait du bien, mais j’ai quand même l’impression qu’il me manque quelque chose.

Je suis désolé de ne pas avoir donné de nouvelles …

J’attaque le sujet que j’aurais presque appelé tabou. Je n’ai pas vraiment envie d’en parler Je préfèrerais éviter le sujet et repartir de zéro comme si de rien n’était mais je suis certain que c’est impossible. Elen doit avoir énormément de questions et j’ai envie qu’elle me les pose. Je ne lui ai jamais rien caché et ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer. Elle est là alors autant en profiter pour mettre les choses à plat et m’expliquer.

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Jeu 22 Mai - 9:40

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Alec lui proposa de l’accompagner si elle avait cour après lui… Euh… attendait, après ? Il y avait un truc qui cloche là. Ce serait compliquer qu’il l’accompagne s’il était déjà en cour. Elen sourit de cette erreur. « Tu veux dire avant… Autrement j’espère que tu as développé une faculté pour te dédoublé. Si ce n’est pas le cas, je me contenterais à ce que tu m’oriente dans la bonne direction… » Elle lui sourit, bah oui, en deux ans, elle n’avait pas changé, elle aimait toujours autant taquiner les gens. « Mais merci. »

Ce n’était pas aussi parfait que la relation qu’ils avaient avant, mais c’était des étapes. Et puis même si elle lui en voulait, elle se connaissait, elle n’aurait jamais tenue longtemps à faire la tête, alors elle n’essaya même pas. Viens alors le temps sacré du thé, ils n’étaient pas écossés pour rien. C’est en lui donnent la tasse qu’Alec l’informa qu’il ne serait pas aussi bon de ce qu’elle était habituer, mais que ça se buvait. La rousse fit une grimace avant de souffler sur le liquide chaud. Si seulement elle l’avait enregistré pour envoyer ces dires à Bruce et ses deux ainés.

« Bon, bah alors j’ai bien fait dans ramener dans ma valise. »

Et oui, Elen était exigeante avec son thé et elle n’avait pas l’intention de changeait ça parce qu’elle changeait de pays. Le thé, c’est sacré. Par la suite la rousse lui affirma d’être contente de constaté qu’il avait l’air d’aller mieux. Celui-ci lui confirma, sauf une période qui était toujours dure. La rouquine ne demanda pas, elle savait de quel période il parlait, elle avait passé plusieurs de ses malheureux anniversaire à ne pas le quitter des yeux, à rester près de lui.

« Il n’y pas de solution miracle, mais seulement de solution qui aide. »

En tout cas elle l’espérait, pour lui, pour elle. Chacun avait fui Edimbourg parce que là-bas ils n’arrivaient pas à oublier, à se détacher. Ici, il serait peut-être plus facile pour elle de se détaché, mais elle savait qu’oublier elle n’y arriverait pas. Cela devait être la même chose pour lui et puis personne ne pouvait oublier ses parents, surtout quand il vous étiez arraché aussi brusquement. Elle fut tirée de sa réflexion par les excuses de son meilleur ami concernant l’absence de nouvelle pendant deux ans. C’était simple, mais efficace. Elen resta quelques secondes à réfléchir ce qu’elle pouvait bien répondre. "T’inquiété, c’est oublier". Non, ça ne marcherait pas, elle avait été blessé et même si elle était prête à le pardonner, elle ne pouvait pas relativisée autant les choses. "J’en ai rien à foutre" c’était tous sauf vrais.

« Moi aussi… »

Bon, ça n’aidait pas, mais c’est tout ce qui lui était aux lèvres. Oui, elle était désoler de ne pas avoir eu de nouvelles, elle était désolé de c’êtres demander ce qu’elle avait bien pu faire de mal, oui elle était désoler de ne pas avoir pu partager avec lui ce qu’elle avait vécu dernièrement que ce soit positif ou négatif. Elle bue une gorgé de son thé qui était à présent un peu moins bouillant, bien qu’il était encore trop chaud, elle le constata assez vite.

« Mais je suis contente de te revoir et que tu m’adresses la parole. »

Car même si elle ne le disait pas, elle était arrivée à Princeton avec l’anxiété d’être ignoré par son vieil ami.
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Ven 23 Mai - 8:55


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
Elen me reprend sur ce que je viens de dire. En effet je me suis un peu embrouillé dans mes paroles. Ça doit être l’émotion … Ou simplement le fait que je ne suis pas réveillé … Bonne question. En tout cas ça nous permet de partir sur un moment de rigolade pendant quelques instants.

Euh oui … Enfin tu m’as compris quoi. dis-je en rigolant.

Elle prend alors la tasse que je lui tends et alors que je lui dis que ça n’aura surement pas le même goût que ce qu’elle a l’habitude de boire en Ecosse, elle me dit qu’elle a bien fait d’en ramener dans sa valise. Je lâche alors un rire. Cela ne m’étonne tellement pas d’elle. J’aurais dû faire la même chose mais vu que je suis parti un peu précipitamment il y a deux ans, je n’y ai simplement pas pensé du tout. J’avais d’ailleurs essayé d’en commander sur internet (bah oui normalement on peut tout trouver sur internet) mais je n’avais rien trouvé donc j’ai abandonné l’idée d’avoir du thé digne de ce nom.

Oh oui tu as bien fait. dis-je à nouveau en rigolant.

Après ces petits instants de rire, les choses deviennent un peu plus sérieuses. Mon amie me dit que j’ai l’air d’aller mieux. J’approuve tout en ajoutant que la même période est toujours difficile. C’est tout de même plus simple quand on est un peu plus loin. Je n’ai pas les choses de tous les jours qui me font penser à eux. Les premiers mois je m’en voulais presque de les oublier puis petit à petit je me suis mis dans la tête que je ne les oublie pas. Comment pourrais-je les oublier en même temps ? Non. J’avance, c’est tout. Et je pense que c’est ce qu’ils auraient voulu.

Non en effet. Aucune solution miracle.

On ne peut que faire en sorte que la douleur soit moins forte mais je sais que je vivrais avec la douleur toute ma vie. Quand on est jeune on s’attend toujours à perdre nos parents, c’est la continuité logique des choses. Les parents partent avant les enfants. Mais on ne s’attend pas à ce que cela arrive aussi rapidement. Je pense que la douleur est juste plus intense quand on n’a pas le temps de s’y préparer.

Un petit silence s’installe avant que je reprenne la parole. Quand je le fais c’est pour m’excuser de ne pas avoir donné de nouvelles. Oui je suis réellement désolé et j’ai peur de la réaction que va avoir mon amie lorsque j’aborde le sujet. Elle m’étonne d’ailleurs en me disant qu’elle aussi est désolée. Elle n’a pas à être désolée, c’est moi qui suis parti, c’est moi qui aurait dû donner des nouvelles. Mais avant que je ne dise quoi que ce soit elle enchaîne en me disant qu’elle est contente de me revoir et que je lui adresse la parole. Je souris. Moi aussi je suis contente de la revoir. J’ai envie de la prendre dans mes bras mais je me retiens. Je ne sais pas si tout est suffisamment pardonné pour cela.

Bah pourquoi je ne t’adresserais pas la parole ? dis-je avec un petit air d’incompréhension.

Malgré tout ce qui a pu arriver, malgré une absence de deux ans je ne me vois pas ne pas lui adresser la parole alors qu’elle est là. C’est l’occasion de rattraper le temps perdu et je n’ai plus envie de perdre une seule minute. J’avais imaginé cette situation plus d’une fois mais je ne l’avais pas imaginé comme ceci. A vrai dire, j’aurais pensé qu’elle aurait débarqué avec Bruce juste pour me faire la morale en me disant que ce n’est pas cool et que j’aurais dû les appeler. Puis ensuite on aurait fini par se prendre dans les bras. Je me demande ce qu’est devenu Bruce maintenant qu’il seul à Edimbourg. Ou alors il n’est même plus à Edimbourg … A vrai dire je n’en sais rien …

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Ven 23 Mai - 10:42

Premier jour, première galère
Elen & Alec

« Oui, ne t’inquiète pas »

Elen souriait, ils recommencer à rire ensemble, c’était un bon début pour la suite. En tous cas, elle voulait croire que c’était annonciateur de bonnes choses pour la suite. Elle voulait et elle en avait besoin, elle s’en rendait compte maintenant plus que jamais pendant ses deux dernière année. Rire avec Alec lui avait énormément manqué. Bruce était génial, elle l’adorait plus que tout, elle donnerait sa vie pour lui, elle ferait n’importe quoi pour le sauvé s’il le fallait. Mais Bruce était Bruce et Alec était Alec, semblable, mais différents, complémentaire. C’était ses deux meilleurs amis et bien que l’un était resté auprès d’elle pendant ses deux années, le départ de l’autre avait tout de même laissé un vide.
Entre cour et thé, la conversation partie sur la raison du départ des deux amis avec un différence de deux années. C n’était pas pour les même raison qu’ils étaient tous les deux ici, mais tous les deux avaient besoin de changé d’aire, de s’éloigner de ce qui leur rappeler de mauvais souvenir, mais tous les deux savaient que ce n’était pas une solution miracle. Ils n’oubliaient pas, ça non, mais ils leurs étaient plus simple de se détaché ici qu’à Edimbourg. Jusqu’à il y a peu de temps, la rousse n’avait fait qu’essayer de comprendre le choix de son ami et elle l’avait respecté, mais depuis quelques temps, elle le comprenait tout à fait, elle avait même fait un choix identique.

Les excuse de l’écossé refit vivre la conversation après un court silence entre les deux enseignants. Elen c’était excusé à son tour, parce qu’elle s’en voulait tout de même un peu de ne pas avoir insisté plus dans l’envoi de mail avec des bouts de sa vie. Lorsqu’elle c’était aperçut au bout de quelques-uns qu’elle n’obtenait pas de réponse, elle avait cessé d’écrire à son tour. Pas par vengeance, mais parce qu’elle pensait à l’époque que son ami avait peut-être besoin de temps et elle lui accordait,  même si elle n’avait jamais vraiment vu la fin de ce temps. Ce fut alors le moment ou la rouquine exprima sa peur que son ami ne voulait plus lui parler. C’était la première fois qu’elle avouait cette hypothèse à voix haute et au vue de l’étonnement qu’elle lisait sur le visage du professeur de chimie, elle comprit qu’elle c’était toujours tromper, mais elle devait s’expliquer, pour lui, mais peut-être plus pour elle-même.

« Lorsque je n’avais pas de tes nouvelles au début, je pensais que tu avais besoin de temps. Je comprenais. Puis le temps passa et rien de nouveau. Je ne sais pas quand, mais l’idée c’est infiltré petit-à-petit que tu ne voulais peut-être simplement plus nous parlez. Pour je ne sais quelle raison, mais que pur toi, elle devait être logique. Et j’avoue que cette idée ne m’a pas quitté en venant ici. Je craignais de te revoir parce que j’avais toujours cette hypothèse que tu ne voulais plus me parler ou ma voir ou que importe. Bref, de fausses suppositions qui n’ont plus lieux d’être. »

Après son monologue confus et peut-être pas aussi claire que ce qu’elle avait en tête, la rousse le réfugia dans la tasse de thé. Essayent de cacher derrière celle-ci le malaise dans lequel elle se trouvait. Certes il fallait éclairé les choses entre eux, mais bon, elle y avait peut-être était un peu fort.
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Dim 25 Mai - 17:04


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
Après deux ans à ne pas se parler, l’atmosphère est tendu entre ma meilleure et moi. Logique en même temps. Aucun de nous deux ne sait réellement ce que l’autre pense de ce manque de communication. A vrai dire, nous sommes tous les deux autant fautifs l’un que l’autre. C’est probablement pour cela que chacun de nous s’excuse de ne pas avoir donné de nouvelles plus tôt. Cependant cette même atmosphère se détend rapidement. Pas étonnant lorsque l’on sait à quel point nous étions proches avant que je ne quitte mon pays natal. On faisait pratiquement tous ensemble, on était inséparables. On était le trio que personne ne pouvait séparer. Ça ne m’étonnerait pas si quelqu’un nous avait déjà comparés aux trois mousquetaires.

Chose qui m’étonne c’est qu’Elen me dit non seulement qu’elle est heureuse de me revoir mais aussi qu’elle est heureuse que je lui adresse la parole. Pourquoi est-ce que je ne lui adresserais pas la parole ? Je ne suis tout de même pas si rancunier que cela. Je sais faire la part des choses et ce n’est pas parce que je n’ai pas donné de nouvelles pendant deux ans que je ne veux plus du tout lui parler. C’est juste qu’à partir du moment où on arrête de donner ou de prendre des nouvelles c’est difficile de reprendre. Puis avec la distance, je ne savais jamais quoi dire. Mais je comprends aussi ce que m’explique mon amie rouquine. Je comprends qu’elle ait pu penser que l’absence de nouvelle soit dû à une volonté de ma part de ne plus leur parler. Enfin je comprends … C’est étonnant qu’elle ait pensé cela vu comment nous étions proches mais en même temps je me dis que j’aurais probablement pensé la même chose. Et puis … sans nouvelles on se fait très facilement des idées qui s’avèrent être stupides au final.

Je suis heureux que malgré l’idée qu’elle avait, malgré cette peur que je n’ai pas envie de lui parler, je suis heureux qu’elle ait tout de même décidé de venir à Princeton. Je suis heureux qu’elle ait choisi cette université et pas une autre pour se distancer de l’Ecosse. Oui, elle ne me l’a pas dit mais je me doute bien que si elle est partie c’est que, comme moi, elle avait le besoin de prendre ses distances. Probablement pas pour les mêmes raisons que moi – en tout cas je ne l’espère pas – mais toute raison est une bonne raison et je suis le dernier homme qui jugerait ce genre de choses.

Une fois son monologue terminé, un sourire s’affiche sur mon visage. Je comprends désormais. Elle baisse son regard qu’elle dirige vers le fond de sa tasse. Je prends alors sa tasse et elle lève le regard vers moi, étonnée. Je pose nos deux tasses sur la table qui est à nos côtés et me retourne vers Elen pour la prendre dans mes bras.

Jamais je ne pourrais arrêter de te parler. dis-je en la serrant fort contre moi.

Nous restons ainsi quelques instants. Sentir son corps contre moi … Cela dégage une sensation qui m’avait énormément manqué. Manque que je n’avais pas réalisé jusqu’à ce moment. Ce manque que l’on ressent quand un être cher ne fait plus parti de notre vie. Pendant deux ans, j’ai énormément pensé à mes deux meilleurs amis, mais c’est à ce moment, alors que j’ai mes bras autour d’Elen que je réalise à quel point elle et Bruce m’ont manqués.

Tu ne peux pas savoir à quel point tu m’as manqué.

Une larme de bonheur se mettrait presque à couler le long de ma joue si je n’arrivais pas à me contenir. Je relâche alors Elen et avant de reprendre ma tasse, je dépose mes lèvres sur son front. Signe de ma présence à ses côtés. J’ai fait la faute de m’éloigner et de la perdre, plus jamais cela n’arrivera.

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Lun 26 Mai - 17:31

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Elen s’étonnait, oui, elle s’étonnait qu’Alec lui enlevé la tasse qu’elle tenait dans les mains. Faut pas croire, il y a des gens qui sont mort pour moins que ça. C’est donc des yeux plein d’étonnement que la rousse levait vers son ami, pourquoi faisait-il ceci, ça n’avait aucun sens. Et en plus de lui enlevait son thé, il lui enlevait son échappatoire, maintenant a par jouer avec ses mains et faire croire que ça la fascine, elle ne pourrait plus faire grand-chose pour fuir son meilleur ami après les paroles qu’elle avait prononcé. C’est alors que l’écossaise remarqua que l’homme face à elle déposa les deux tasses sur la table. Ca n’éclairait pas pour autant la confusion qu’il régnait dans son esprit. La rouquine devait avouer que pour une fois, elle n’avait rien vu venir. En effet, elle ne comprit les intentions d’Alec que lorsque celui-ci passait ses bras autour d’elle pour la prendre dans ses bras tout en d’éclairent qu’il ne pourrait jamais arrêter de lui parler.

Une fois la surprise passé la jeune femme put serrait à son tour son meilleur ami dans ses bras. Elen était contente de retrouver son ami à part entière, elle était contente de pouvoir le prendre dans ses bras comme au bon vieux temps lorsqu’ils ne savaient pas quoi dire, mais qu’ils savaient que chacun trouver son réconfort dans les bras de l’autre. Parallèlement la rousse s’en voulait. Oui elle s’en voulait d’avoir pu penser une chose pareille de son ami. Comment en avait-elle put arriver à penser qu’il ne voulait plus lui parler, c’était Alec, il manquait un peu de savoir-vivre de temps en temps (en ne donnant aucune nouvelle pendant deux ans par exemple), mais il était génial ou autrement elle ne serait pas fière de le compté dans ses amis.

La rouquine ne disait pas un mot pendant cette accolade, elle se contentait de savourer le plaisir de retrouver son meilleur ami, son ancien collègue avec qui elle arpentait les couloirs de l’université d’Edimbourg pour rejoindre une salle, un bureau ou simplement la cafétéria lors de la pause. C’était aussi son futur collègue de Princeton, oui futur, car pour elle le temps qu’elle n’avait pas enseigné ici et donc affronté les étudiants, elle n’était pas officiellement professeur. C’est alors que l’homme mit fin à leur étreinte en lui déposent un simple baiser sur le front. L’écossaise sourit, ce geste simple signifier pour elle qu’elle l’avait retrouvé, dans sa totalité.

« Toi aussi tu m’as énormément manqué beau brun. »

Elle ébouriffa les cheveux de son ami, car même si elle était plus petite que lui, elle était assez grande pour faire ceci et elle y prenait un malin plaisir, surtout lorsqu’il râler par la suite. C’est donc avec un immense sourire qu’elle reprit sa précieuse tasse de thé qu’il avait osé lui enlever et en but une nouvelle gorgé.

« Demain j’embarque une boite de thé, il est hors de question que je te laisse boire un truc pareil. C’est un crime pour nos origines. »
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Mer 28 Mai - 19:53


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ

Avec Elen dans mes bras, je me retrouve. Je ne pensais pas m’être autant perdu en arrivant à Princeton et c’est aujourd’hui que je le remarque. Sans elle, sans Bruce, je ne suis plus autant le Alec que j’étais à Edimbourg. Mais maintenant que je m’en rends compte je vais essayer de me rattraper. Ca ne sera probablement pas très simple mais il faut bien essayer. Qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas ? En relâchant ma prise j’exprime à quel point elle m’a manqué et c’est avec une grande joie qu’elle me répond la même chose. Un grand sourire s’affiche alors sur mon visage. Impossible de cacher mon bonheur en cet instant. Non, impossible. Et puis d’abord, pourquoi voudrais-je le cacher ? Je veux le partager ce bonheur, et je le partage apparemment avec Elen ce qui me rend encore plus heureux.

Bon le coup de l’ébouriffage de cheveux qui s’en suit, j’avoue que ça ne me rend pas très heureux. Je galère tous les matins pour bien me coiffer et en deux secondes elle défait tout. Je passe donc immédiatement la main dans les cheveux pour essayer de remettre tout cela. Le résultat ne doit pas être magnifique. Tant pis. Ma réaction fait encore plus rire Elen et je ne peux m’empêcher de sourire. Elle a toujours aimé m’embêter avec mes cheveux. Mais ce n’est pas ma faute si moi et mes cheveux c’est toute une histoire ! Le jour où un coiffeur me les coupe mal je pète tellement un plomb. Ça ne m’est arrivé qu’une fois et maintenant je fais toujours bien attention à ce qu’ils comprennent ce que je veux avant de les laisser les toucher. Enfin bon, ça c’est une histoire pour un autre jour.

Elen reprend sa tasse de thé – je fais de même – et bois une gorgée. C’est alors qu’elle me dit qu’elle ramènera une boîte de ce qu’on peut appeler du vrai thé. Un crime pour nos origines ? Elle n’a vraiment pas tort. Celui de l’université n’est pas mauvais, il se boit – ou alors je dis peut-être ça parce que ça fait deux ans que je le bois n’ayant pas le choix – mais c’est sûr que du vrai de vrai, du bon thé écossais … Ah qu’est-ce que ça me manque quand même. C’est donc avec un grand sourire que je regarde Elen lorsqu’elle m’annonce cela.

Oh mais alors ce sera avec plaisir que je te verrais arriver avec du vrai thé ! Je me suis habitué à celui-ci dis-je en indiquant ma tasse mais j’avoue que le bon thé écossais me manque très fortement.

Je prends alors place à la table qui se trouve à côté de nous et regarde Elen faire de même.

Bon allez. Raconte-moi les dernières nouvelles d’Edimbourg ? Comment va Bruce ?


   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Jeu 29 Mai - 19:59

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Un rire s’échappa de la bouche d’Elen lorsqu’elle vit son ami essayant de se recoiffer. Oui, elle n’avait pas été cool sur ce coup, mais c’était elle, c’était son caractère de taquiné les gens sur leur petit manie. Elle aimait cela, mais elle restait dans le raisonnable, elle ne voulait pas non plus vexer ces amis. Et Alec était très susceptible avec ces cheveux, elle se souvient d’une fois ou son coiffeur l’avait loupé, ça n’était arrivé qu’une seul fois et elle en remercier le ciel parce que dans la semaine voir le moi qui suivis elle et Bruce ainsi que tous ceux qu’ils avaient pu croiser en avait entendu parler. Depuis à chaque passage de l’écossé dans les mains d’un coiffeur, tout le monde croisé les doigts.

La rouquine sourit une nouvelle fois lorsque son meilleur ami au finit d’essayer d’arranger ses cheveux, le résultat était correct, mais elle connaissait suffisamment l’homme pour savoir qu’il ne serait pas satisfait du résultat, elle alla donc le plus naturellement du monde essayer de remettre les dernière mèche rebelle en place, vue qu’elle avait un meilleur point de vue sur la coupe. Après quelques instant elle recula, ce n’était pas parfait, mais ça conviendrait.

Puis vient le moment du thé, moment sacré pour l’écossaise, jusqu’au moment où la gorgé qu’elle prit lui rappela que ce n’était pas son bon thé de la maison. Proposent d’en ramener pour lutter contre ce crime de leur origine. Bon, elle exagéré peut-être sur le propos de crime, mais en même temps, elle était tellement habituer au bon thé. Quant à Alec, il répondit que ce serait un plaisir que de la voir arriver avec de vrais thé car même s’il semblait c’êtres habituer à celui-ci, il avouait que le bon thé écossais lui manquer.

« On n’arrive vraiment pas à en trouver du bon ici ? Même dans des magasins spécialisés en café/thé ? »

Si c’était la réalité, ça peinerait la jeune rousse qui avait certes ramenait son stock, mais il fallait être réaliste, un jour il s’épuiserait. Pendant ce temps les deux jeunes gens s’installairent à l’une des tables qui se trouvait près d’eux et Alec demanda des nouvelles d’Edimbourg et de Bruce. Elen s’attaqua au plus simple.

« Edimbourg n’a pas changeait, toujours la même capitale ou les nobles et les moins nobles se croisent. Ou le soir, l’on peut croiser des étudiants dans les bars, ceux qui sorte peux comme les fêtards. Bref Edimbourg. Quant à l’université, tu nous as manqué, surtout lorsque l’on a vu le nouveau prof. Je ne doute pas qu’un jour il était passionner aux points d’enseigner a d’autre, mais il a dû perdre cette passion. Déjà en salle de professeur il arrivait en soupirent et en trainant des pieds. Alors je le laisse imaginer les cours. D’après l’un de tes anciens élève qui suivait aussi mon cour il était "plus soporifique de Binns dans Harry Potter". Description qui lui correspond très bien après avoir suivi l’un de ses cours, il débite, sans passion, il ne reste plus qu’aux élèves de noté et d’essayer de mieux comprendre par la suite. Sur insistance auprès du doyen, l’année suivante seul des classes ou la chimie n’était pas le plus important lui ont était attribuer. Ce sont tes collègues qui ont eu la charge des autres classes. »

Elle sourit, elle avait beaucoup débité, mais pas tout dit, en même temps résumer deux ans en quelques phrases ce n’était pas facile et puis, il était né et avait grandi à Edimbourg, il connaissait donc la ville mieux que lui et pouvait comprendre ce qu’elle disait. Et puis pour l’université, elle avait résumé l’essentiel. Et puis, venait le temps de répondre à la seconde question. Comment va Bruce ? Ah se chère Bruce. Leur ami a tous deux, à Alec avant Elen, ils avaient grandi ensemble.

« Il est vexé, tu le connais… Mais il va bien, il est toujours présent lorsqu’on a besoin. » Oui, il était toujours présent, elle pouvait toujours compter sur lui et elle avait été heureuse de pouvoir le faire.
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Dim 1 Juin - 9:55


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
Alors qu’Elen me dit que la prochaine fois elle viendra avec un sachet de thé provenant directement d’Ecosse je lui réponds avec un grand sourire que j’en serais ravi. On a beau s’habituer à du thé d’ici, on n’oublie jamais le thé de chez soi. Surtout quand on en est un fan et qu’on a grandi avec du vrai thé. Celle-ci s’étonne alors que l’on ne puisse en trouver nulle part, même pas dans des boutiques spécialisées.

Ben écoute. S’il y en a, je ne l’ai pas encore trouvé. Mais je ne désespère pas. dis-je en souriant.

Un jour peut-être j’arriverais à en trouver. Et le jour où cela arrivera, je dévaliserais probablement toute la boutique afin d’être sûr d’en avoir pour une bonne durée.

Je m’assoie alors à la table qui est à côté de nous tout en demandant à mon amie les dernières nouvelles provenant de notre pays d’origines. Elen s’assoie à son tour et commence son petit récit. Elle commence en me parlant de la ville en elle-même. La capitale, toujours pareil. Apparemment rien n’a vraiment changé en deux ans mais cela ne m’étonne pas. Les gens changent mais la société reste la même. C’est logique pour une grande ville comme Edinbourg.

Elle parle ensuite de l’université, lieu où nous nous sommes rencontrés et où nous enseignions tous les trois avec Bruce. Elle me parle du professeur qui m’a remplacé. Apparemment pas du tout le même genre que moi. Je suis un homme passionné par mon boulot – quoi qu’un peu trop des fois ce qui me rend fou mais c’est ce qu’il faut quand on enseigne la chimie – et le nouveau était apparemment quelqu’un d’ennuyeux et même soporifique. A sa référence au personnage de Binns dans Harry Potter, je pouffe de rire. Je vois très bien l’image et ce n’est vraiment pas beau à voir en effet. Mais apparemment les gens ont eu la bonne réaction en faisant qu’il n’enseigne que les classes où la chimie n’était pas importante. C’est vrai que quand je suis parti certains de mes élèves m’ont dit qu’ils étaient tristes et que j’allais leur manqué. A vrai dire, sur le coup je ne les croyais pas mais lorsqu’Elen me parle de ce professeur qui m’a remplacé, je comprends mieux. C’est juste dommage qu’ils n’aient pas réussis à trouver quelqu’un de mieux. Mais au moins mes collègues sont toujours là-bas et ce sont de très bons professeurs.

Elen passe ensuite à la réponse de ma deuxième question qui demandait des nouvelles de Bruce. Vexé ? Non ça ne m’étonne pas. Il a entièrement raison de l’être. Je pense que je le serais aussi à sa place. Et à ce moment je m’en veux encore plus. Afin de ne pas montrer ma gêne je bois une gorgée de mon thé. Malheureusement je ne pourrais plus utiliser ce stratagème car c’est la dernière gorgée. Je repose donc ma tasse et lève les yeux vers Elen.

Oui … Comme tu dis je le connais … Et je le comprends … Mais s’il va bien c’est le principal.

Un petit silence s’installe. Je regretterais presque d’avoir commencé à parler de Bruce. Bruce, mon meilleur pote, celui avec qui j’ai grandi, celui que je connais depuis que je suis tout petit. Dans mes souvenirs les plus lointains il est présent. Je n’ai que très peu de souvenirs dont il ne fait pas partie, et ce sont ceux qui correspondent aux vacances avec mes parents. Et encore, il est venu de nombreuses fois en vacances avec nous, tout comme je suis souvent allé en vacances avec lui et sa famille. Les deux inséparables. On vient du même village, on a étudié au même endroit, on s’est retrouvé à enseigner au même endroit. Comment ai-je pu ne pas garder contact avec lui ? Trente années presque jetées à l’eau … Pour quoi ? Pour rien … J’ai honte quand j’y pense.

Et niveau cœur, il en est où ? Et toi t’en es où ? Vous avez quelqu’un tous les deux ?

J’essaie de parler de choses un peu plus joyeuses. Je ne me doute pas que ce n’est peut-être pas le sujet à aborder pour Elen …

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Dim 1 Juin - 13:12

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Il n’en avait pas trouvé, en deux ans de vie dans la région, il n’avait pas trouvé de bon thé, Elen eu un soupire, elle n’allait tout de même pas ce rationner et n’avait pas envie de passé le reste de ses jours à boire un thé semblable à ce qu’elle avait entre les mains. Bon, elle avait toujours de la famille en Ecosse qui pourrait lui en envoyer, mais tout de même, il devait bien avoir des Américains qui apprécier le bon thé, ils n’étaient pas les deux seules.

« Bon, bah espérons qu’ils se rattrapent sur le Whisky… »

Bah oui, lorsque la production de Whisky est l’un des secteurs majeurs économique de son pays, il n’est pas étonnent de voir le petit peuple en apprécier encore plus le gout. Bon, il était rare qu’Elen s’effondre a force de boire, mais si elle devait oublier quelques choses, elle préférait le faire au Whisky qu’a la Vodka. Bon, arrêtons de passé pour des alcooliques et reprenons le cour de la conversation. En effet celle-ci c’était dévier sur Edimbourg et l’université après que les deux jeunes gens se soit installer à une table. La rouquine avait raconté les aventure du nouveau professeur qui avait remplacé Alec après son départ, en y repensant, elle souhaitait un meilleur remplacent pour ses classes parce que tout passionner que l’on peut être par un sujet, il peut devenir vite rasoir si la personne en face de soi donne l’impression qu’il est là que parce qu’il le faut et qu’il attend la fin avec plus d’impatience que les étudiants. En tout cas, elle avait fait son maximum pour faciliter la prise de poste, après ce n’était peut-être pas parfait, mais elle avait fait un peu plus que celui qui l’avait précédé à Princeton.

Puis le prénom de Bruce franchit les lèvres de chacun. La chaleur de la conversation se perdit alors un peu. Les deux écossais étaient amis depuis bien longtemps, Elen n’avait rejoint le duo que bien des années plus tard. Ils avaient une très belle histoire d’amitié derrière eux, elle le savait, elle comprenait aussi que Bruce soit plus vexé qu’elle par rapport au manque de nouvelle d’Alec, c’était logique. La rousse n’avait pas dit grand choses le concernant, juste ce qu’il fallait, l’homme qui se trouvait face à elle le connaissait bien mieux. Et elle connaissait assez son ami pour savoir qu’il était embêter a cette instant, la tasse de thé ne pouvait pas tout cacher.

« Il va très bien… Pour preuve, il est toujours vivant après m’avoir supporté, seul, pendant deux ans… »

Elle sourit à son collègue puis bu à son tour une gorgé de son thé. Pendant ce temps, Alec fit la chose la plus naturelle du monde lorsqu’une conversation devenait sujette à des regrets et perdait de son animation. Il changea de sujet et choisit les histoires de cœur. Elen ne pouvait pas lui en vouloir, c’est pratiquement une question de politesse lorsque l’on n’avait pas vue quelqu’un depuis longtemps "Comment va ? La femme ? Les enfants ?" c’était L4expression qui résumer tout. Et bien que la rouquine s’attendait à une telle question, elle se cacha dans un premier lieux dernière son meilleur ami.

« Bruce est resté Bruce, fidèle à lui-même, un peu moins envers ses compagnes. Mais il n’a brisé aucun cœur à ma connaissance… »

Elen n’en voulait pas à son ami, il était comme ça et puis il ne leur promettait rien, c’était bien souvent des histoires éphémère et tout le monde avait l’air d’y avoir son compte. Et puis c’était peut-être mieux, pas de promesse, pas de grand amour, pas de cœur brisé. A cette pensé la jeune rousse se réfugia derrière son thé, parce qu’elle, elle en avait encore. Reposant la tasse après ceci Elen releva la tête, elle devrait en parler un jour de toute manière et puis c’était son meilleur ami, il finirait par le savoir.

« Quant à moi, j’ai rencontré quelqu’un, je suis tombé amoureuse, ça a très mal finit et je suis venue ici… »

Bon, pour être un résumer, c’était un sacré résumer, mais elle avait besoin d’un peu de temps pour la version longue, voir même qu’on la pousse un peu, ayant toujours était assez discrète sur sa vie privée. Même si Bruce connaissait toute l’histoire.

« Et toi ? Quelqu’un a réussi à atteindre ton cœur ?»
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Lun 2 Juin - 15:45


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
Les nouvelles de mon meilleur ami ne sont probablement pas les meilleurs. Ce à quoi je m’attendais ? Oui probablement. Ce n’est pas étonnant qu’il m’en veuille. Ce que j’espérais ? Non, loin de là. Mais Elen me confirme qu’il va bien et pour me le prouver elle ajoute qu’il a réussi à la supporter pendant deux ans alors que je n’étais pas là. A cela je ris doucement. A la base c’est tout de même lui qui m’a présenté Elen, c’est lui qui l’avait en tant qu’élève et vu que nous nous sommes bien entendus elle s’est intégrée à notre duo et nous sommes devenus ce fameux trio inséparable. Il n’y avait donc, pour moi, aucun doute qu’il puisse survivre tous les deux. Cependant s’il a ressenti la même chose moi à la perte de son meilleur ami alors je sais ce qu’il ressent et ce n’est pas tout beau tout rose. D’un côté je suis heureux qu’il réagisse ainsi – c’est probablement très égoïste de ma part – mais cela signifie que je compte encore pour lui, malgré la distance et l’absence de nouvelles. Un petit point positif.

Je demande alors à Elen où ils en sont tous les deux côtés cœur. Elle me parle tout d’abord de Bruce. Fidèle à lui-même. Pas étonnant ! Lui comme moi, nous n’avons jamais été les meilleurs en ce qui concerne les relations sentimentales. Quelques histoires par-ci par-là mais rien de bien concret. On est comme ça, et ce n’est pas du tout étonnant qu’il le soit resté puisque je le suis resté aussi.

Ah ce bon vieux Bruce et les femmes. dis-je en rigolant.

Bizarrement, la première qu’il m’a présenté Elen j’ai été étonné qu’il ne se passe pas quelque chose entre eux. Oui, elle était élève mais cela n’a jamais arrêté Bruce. Et pourquoi est-ce que ça l’arrêterait ? Il a toujours été honnête et ça ne changeait pas qu’il soit en relation avec l’une de ses élèves ou pas. Mais non, Elen était réellement une amie.

Elen me parle alors de ses relations. Et c’est à ce moment que je comprends pourquoi elle est venue à Princeton. C’était évident qu’il devait y avoir une bonne raison – tout comme quand je suis venu il y a deux ans – mais je ne pensais pas que ce serait à cause d’une relation amoureuse qui a mal finit.

Ah … Je suis désolé …

Je ne sais pas vraiment quoi dire d’autre. Je ne suis pas du genre à pousser les gens à parler des choses qui les rendent triste – même si parfois il le faudrait – je préfère les laisser en parler quand ils sentent qu’ils en ont le courage. Du coup, je ne dis rien de plus et un léger silence s’installe. Puis Elen me retourne la question.

Oula ! Tu me connais. Moi et les femmes ... Ça n’a pas beaucoup changé ! dis-je en souriant.

Non en effet ça n’a pas beaucoup changé. Quelques histoires par-ci par-là pendant ces deux dernières années mais rien de bien concret. Rien qui ne fasse sauter de joie. Et encore moins quoi que ce soit aujourd’hui.

C’est le vide complet ! Mais je m’en contente bien.

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Mer 4 Juin - 16:02

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Elen était heureuse de voir Alec se préoccuper de leur meilleur ami, cela montrait en quelques sortent qu’il ne les avait pas totalement oublié, peut-être même que ça jouerait en la faveur du professeur de chimie si un jour lui et Bruce se reparlait. Oui, parce qu’Elen était la plus simple du groupe, elle en avait certes voulut a son ami, mais il fois qu’elle fut rassurait sur le fait que ce n’était pas elle ou autre, elle l’avait excusé. C’était Alec, elle l’adorait et puis il ne l’avait pas trahis, non, il n’avait juste pas donné de nouvelle. Mais Bruce c’était différent. Depuis enfant ils se connaissaient ses deux-là, ils avaient pratiquement grandit ensemble, ils avaient tellement partagés. Il est donc logique que Bruce soins plus vexé que la rousse et cette dernière avait peur que si un jour ils se recroiseraient tous deux, Bruce aurait plus de mal à pardonner. L’écossaise ne se voyait pas choisir entre l’un des deux, ni faire l’arbitre, elle espérait alors de tous cœur que si vraiment ils ne pourraient plus se voire, ils ne l’incluses pas dans leur bataille. Mais elle espérait encore plus qu’ils se retrouvent tous les deux, le temps du trio lui manquait.

En attendant, elle apprécia le rire de son ami en entendant les nouvelles sur les amours de celui qu’il était resté en Ecosse, cela lui faisait du bien de l’entendre rire et elle devait avouait qu’il avait raison. Bruce et les femmes, c’était tout une liste, mais en même temps ce n’était pas compliquer. La rouquine c’était habituer à entendre de nouveau nom de temps à autre, elle n’était plus choquer depuis longtemps, elle se contentait d’essayer de suivre. Il lui arrivait de temps à autre de pensé à quel serait le comportement de son ami qu’il tombait amoureux un jour. Elle avait du mal à se décider, c’était un homme fidèle à amitié, le serait-il aussi en amour ? Ou ignorerait-il ses sentiments pour ne pas qu’il l’entrave. Elle n’avait jamais vraiment réussi à se décider, mais l’avenir lui apporterait certainement des réponses.

Quant à sa propre vie amoureuse, elle fit un rapide résumé, très rapide même au vue des événements. Son meilleur ami se contenta de lui présenter ses excuses, elle lui fit un mince sourire pour le remercier. Oui, le remercier de ne pas avoir insisté, car peut-être aurait elle parlait, c’était Alec, mais elle ne se sentait pas prête à la faire, non pas tout de suite, dans quelques temps peut-être, c’était encore frais, trop frais.

Puis ce fut au tour du cœur de l’enseignant de Princeton d’être au cœur de la conversation et la rouquine ne fut pas étonner de la réponse, elle ne connaissait et puis ce n’était pas pour rien que lui et Bruce avait grandi ensemble, bien qu’ils ne se rejoignaient pas sur tout, ils se rejoignaient aux moins sur le sujet des femmes.

« Même pas un flirt ? Oh, je t’ai connu avec plus de succès… »

Elen affichât alors un sourire en coin, mais elle n’avait pas menti pour autant. Alec était un bel homme et comme tout bel homme, il avait du succès. Bon, il n’avait pas rencontré l’amour, mais il ne semblait pas en souffrir plus que ça, donc elle n’allait pas le plaindre.

« Autrement, la vie aux Etats-Unis, à part l’absence de bon thé, c’est comment ?? »
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Jeu 5 Juin - 9:56


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
Les nouvelles classiques passent, Elen me parle de l’université et du nouveau professeur qui m’a remplacé. Puis elle me parle de mon meilleur ami – qui me manque, je ne peux que l’avouer désormais – et de sa vie amoureuse. Ah Bruce … Il ne changera pas ! Et je ne voudrais d’ailleurs pas qu’il change même si ça serait cool qu’il se trouve enfin quelqu’un ! Un peu comme moi d’ailleurs. A nos âges … Faudrait peut-être qu’on arrive à nous poser un jour …

Lorsque l’on passe sur le côté relationnel d’Elen, je suis triste d’apprendre que ce n’est vraiment pas la joie et que c’est à cause de cela qu’elle a décidé de quitter Edimbourg. Je suis très heureux qu’elle soit avec moi et de l’avoir retrouvé mais je ne voulais pas que ce soit dans ce genre de circonstances. Je dois dire que j’aurais préféré qu’elle vienne juste pour me retrouver. Je ne souhaite à personne de vivre quelque chose de douloureux, quoi que ce soit. Je n’insiste donc pas pour qu’Elen m’en dise plus sur ce qui s’est passé. Elle vient tout juste d’arriver alors je me doute que ce doit être tout frais et je ne veux pas insister si elle ne se sent pas prête d’en parler. Elle sait que je suis et que je serais toujours là pour elle. Du coup, quand elle voudra, quand elle pourra, elle saura que je serais là pour écouter.

Sa réaction lorsque je lui parle de mes relations me fait rire. C’est vrai que je n’ai jamais eu de mal à trouver quelqu’un, et comme Bruce je ne me suis jamais vraiment plongé dans les relations. Ça n’a jamais vraiment été ce qui m’intéressait. Un jour peut-être je trouverais quelqu’un. En tout cas, étonnement depuis que je suis aux Etats-Unis je n’ai pas vraiment eu qui que ce soit. Deux ans, ça fait long en fait ! Mais bizarrement j’étais plus concentré sur le fait d’essayer d’aller mieux qu’autre chose ces derniers temps.

Bizarrement non dis-je en rigolant.

Elle se met aussi à rire. Des petits bouts de notre ancienne complicité se mettent à revenir petit à petit. J’ai déjà l’impression que les deux années qui viennent de passer n’ont pas eu lieu. Comme si nous ne nous étions jamais quittés. Je sais qu’Elen a toujours pardonné plus facilement et je me doute que si je revois Bruce un jour – et je l’espère – il ne réagit probablement pas de la même manière. Il aurait raison en même. Trente ans sans se lâcher puis du jour au lendemain je ne donne plus de nouvelles …

Les States … C’est … différent ! C’est très sympa mais différent ! Les gens ne sont pas du tout les mêmes qu’en Ecosse. Le train de vie n’est pas non plus le même. Mais Princeton est une bonne ville. Je pense que tu vas te plaire ici !


   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Lun 9 Juin - 12:58

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Entre les paroles qu’ils échangeaient, les sourires qui s’affichaient sur les deux visages à différents moments et les rires qui s’échapper de leurs bouches, ils donnaient l’illusion que tout aller bien, que les deux dernières années n’étaient jamais arrivé. Que la dernière fois qu’ils c’étaient parler aurait été une semaine en arrière. Mais Elen le savait, c’est deux dernières année c’était écoulé et elle qui connaissait Alec depuis un petit moment maintenant savait que cette conversation manquer tout de même un petit peu de chaleur en comparaison de celle qu’ils avaient eu dans le passé, mais cela reviendrait, elle l’espérait, elle le souhaitait.

Les rires retentissaient dans la pièce à l’évocation du vide de la vie sentimental d’Alec, même pas un petit flirt. Bon, la rousse savait qu’il était venu ici plus pour se remettre de la mort de ses parents que pour avoir des aventures avec les femmes, mais il était venu ici dans l’espoir de prendre un nouveau départ et puis c’était Alec, elle avait arrêté de compter les soirées ou il était rentré en charmante compagnie.

« Aurions-nous trouvé un pays où les femmes te résistent ? »

Elen rigola une nouvelle fois. Et pour relança la conversation la jeune femme demanda comment était la vie aux Etats-Unis, elle ne faisait qu’arrivé, mais son ami avait déjà une expérience de deux ans. Et bien que pour le moment l’Ecossaise n’était pas trop déçu de sa nouvelle vie elle aimerait en apprendre un peu plus sur ce pays en dehors du fait qu’il n’y a pas de bon thé. Alec lui répondit alors que les State était différent, sympas, mais différent, mais que Princeton était une bonne ville et il avait l’aire de pensé sincèrement qu’elle s’y plairait.

« Différent, je m’en douté un peu, rien que leur système politique est différent, leurs loi sont parfois étrange… Savais-tu que je ne sais plus dans quel Etat, il y a une loi qui interdit de mettre un cornet de glace dans la poche arrière de son pantalon… En même temps qui irait faire ça ? »

La rousse avait passé la main dans ses cheveux ce qui montrait clairement qu’elle avait pas mal réfléchit à la conception de cette lois. Elle avait lu ceci en faisait des recherche sur les Etats-Unis, ce n’était pas la seul loi un peu étrange, mais pour une raison inconnue c’était celle qui l’avait le plus marquer.

« Après s’ils sont autant farfelus dans leur façons de vivre que celle de faire des lois, ça peut être bien sympathique à vivre… »
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »


Dernière édition par Elen M. Gillespie le Mer 11 Juin - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Mar 10 Juin - 20:10


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
A force de parler de tout et de rien les choses semblent passer de façon plus fluide entre nous mais ce n’est peut-être qu’une impression que j’ai. J’ai tellement envie que les choses redeviennent normales entre nous que je me voile peut-être un peu la face. Mais sans espoir on n’avance pas, enfin c’est mon avis sur les choses ça.

Un pays où les femmes me résistent ? Ça n’existe pas ça ! dis-je en rigolant

Evidemment cette phrase est remplie d’ironie et je suis certain qu’Elen le sait parfaitement. Je ne prétends pas être un homme à femmes comme j’ai pu en rencontrer mais ce n’est pas pour autant que je pense ne pas plaire. Je sais où je me situe et je sais que je peux avoir de jolies femmes. A vrai dire ces deux dernières années je n’étais simplement pas intéressé par cela, étrangement. Oui étrangement car il faut bien avouer que ça ne m’est pas souvent arrivé ces trente dernières années. Ce n’était pas rare que Bruce et moi fassions des paris en rapport avec les femmes. Ah quand j’y repense … c’était le bon vieux temps …

J’explique alors ce que je pense de la ville et de ses habitants. Je n’ai pas grand-chose à dire. C’est difficile de décrire une ville comme cela de but en blanc. Surtout une aussi grande ville que Princeton. Cependant je ne mens pas quand je dis que je pense qu’Elen s’y plaira, et j’espère surtout qu’elle s’y plaira. Je n’aimerais pas qu’elle reparte de sitôt. Alors qu’elle me parle de ce qu’elle a appris via internet je me met à rire. Cela ne m’étonne même pas qu’un Etat ait crée cette loi !

Oh oui ne t’inquiète pas ! Les lois ce n’est que le début des folies qu’ils peuvent faire !

Je pense alors à la personne que je suis un peu devenu ici. A me foutre un peu de tout le monde, à ne pas prendre les gens au sérieux. Bizarrement avec Elen je suis redevenu celui que je suis lorsque tout va bien. Cette folie – que j’ai peut-être empruntée aux américains – n’est là que pour les moments où je ne vais pas bien, elle me permet de devenir quelqu’un d’autre, quelqu’un qui ne ressent pas.

D’ailleurs leur folie doit être un peu contagieuse. Ça doit être à cause d’eux que tout le monde ici me considère comme le professeur fou. dis-je en rigolant.

Un titre que je revendique avec honneur. Inutile d’avoir honte de cela. Il faut bien être un petit peu fou pour être professeur de chimie de toute manière.

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Mer 11 Juin - 18:02

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Elen sourit sincèrement en entendant les paroles de son ami qui niait l’existence d’un pays où les femmes pourraient lui résister ? Elle savait que c’était de l’ironie de la part de son amie, elle le connaissait depuis suffisamment longtemps pour cela, mais elle ne pouvait s’empêcher de lui répondre pour le taquiner, car c’était son caractère à elle.

« Monsieur pense que ses charmes font défaillir toutes femmes… Prochain cadeau : des vases pour contenir les fleurs que tu te lance. » La rousse avait les yeux rieurs, un sourire énorme sur le visage. « Ou alors un nouvelle paire de chaussure adapter pour tes énormes chevilles. »

Retrouver son naturel était plaisent, certes elle était tout à fait naturel depuis le début, mais taquiner son ami était un passe-temps pour elle et Alec n’était pas le seul à en faire les frais. Souriant une nouvelles fois aux souvenirs de se passé, la rousse regarda une nouvelle fois son ami retrouver. Non, il n’avait pas changé, même après deux ans il n’avait pas changé d’un iota, en tout cas physiquement. Au niveau caractère il semblait aussi être resté le même, mais après il fallait voir par la suite, avec le temps.

Par la suite l’Ecossaise évoqua une loi étrange qu’elle avait lue en faisant des recherches, elle en avait lu plusieurs, mais celle-ci avait retenu son attention pour un raison inconnue. La rouquine se souvenait encore de la réaction qu’elle avait eue lors de cette lecture. Elle avait posé par réflexe sa main sur la poche arrière de son jeans en se demandent comment une idée pareil avait pu naitre dans un esprit sain. En tout cas elle le supposait sain puisqu’il travaillait –en toute logique- pour le gouvernement.

« Des folie ? Ca peut-être sympathique à voir. Par contre je vais tacher de garder mes futurs cornet de glace en main… »

Elen semblait apprécier la folie dont parler Alec, en tout cas elle l’apprécier pour le moment ce demandent tout de même ce que ça allait donner. Pendant ce temps ce fut l’Ecossai qui reprit la parole pour dire que la folie qui régner ici l’avait en quelques sortes atteint puisque tout le monde ici l’appeler le professeur fou. La rousse rigola à ces paroles, se demandant comment il en était arrivé là.

« Un élève t’a surpris à renifler l’une de tes fameuse substance pour que tu ais acquis ce surnom ? »

L’Ecossaise se souvient alors de comment était vu collègue à Edimbourg. C’était un professeur très apprécier, plein d’énergie il faisait vivre ses cours et n’hésite pas à répondre aux questions de ses étudiants. La rouquine avait été heureuse de l’avoir comme mentor avec Bruce lorsqu’elle était passée de simple élève de la faculté a enseignante de ce même bâtiment, car il fallait se retrouver sur l’estrade devant une centaine de personne était tout de même impressionnant et encore plus au début.
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 14/02/2014
☆ Copies rendues : 1274
☆ Avatar : David Tennant
☆ Crédits : ©Moutyy (avatar) ©Soapflaws (signature)
☆ Etudes/Emploi : Prof de chimie


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Ven 13 Juin - 21:48


     


     

     
Elen Gillespie Ψ Alec Connolly
     


     
     

« Friendship... is not something you learn in school. But if you haven't learned the meaning of friendship, you really haven't learned anything. »
ΨΨ
Dans la logique des choses, je suis oblige de dire qu’il n’existe pas encore un pays où les femmes me résistent. Et dans la logique des choses, Elen est obligé de se mettre à me taquiner. Sa façon de le dire me fait immédiatement rire. Je la vois bien m’acheter un vase pour que j’y mette ces fameuses fleurs que je m’envoie. Et je la vois encore plus arriver avec une paire de chaussures bien trop grande pour moi afin que je puisse, comme elle le dit, y rentrer mes énormes chevilles. Le pire c’est qu’elle serait capable de le faire si elle trouve exactement ce qui correspond. Un jour peut-être que je la verrais arriver avec tout ça sous le bras. Dans ce cas je ne pourrais m’empêcher de rire aux éclats. Rien que de penser à la scène me fait sourire de nouveau.

Elle me demande ensuite des informations sur le pays et la ville en elle-même afin de savoir ce que j’en pense. Cela fait deux ans que j’y suis et elle vient tout juste d’arriver donc c’est normal qu’elle me demande mon avis. Je suis d’ailleurs ravi de lui dire que je m’y plais et je suis sincère en disant que je pense qu’elle s’y plaira à son tour. Nous ne sommes pas un trio pour rien. On se ressemble. Du coup, ce qui me plait lui plait et inversement. C’est très fréquemment ainsi.

C’est alors qu’elle me parle d’une loi étrange quand je fais référence au simple fait que les gens sont différents. Alors qu’elle m’explique j’approuve entièrement l’étrangeté de cette loi, et des gens qui la suivent comme ceux qui l’ont pondu.

Les folies que peuvent faire les américains dépassent notre imagination ! Rien que ce qu’ils font avec leur voiture c’est hallucinant !

Un jour je me suis retrouvé à rouler derrière une voiture dont la carrosserie était faite à cent pour cent avec des capsules de bières. D’une il faut en boire une bonne quantité de bières ! Et de deux vive la sécurité ! Je ne sais pas si la folie c’est de construire la carrosserie ou si c’est de rouler avec ! Personnellement je n’aurais surement pas suffisamment confiance pour monter dedans. Parce que la folie ce n’est pas cela qu’il me manque. Rien que pour être professeur de chimie il faut l’être un petit peu mais en plus de cela – comme je le dis à mon amie – j’ai l’impression que la folie des locaux a commencée à m’atteindre.

Non même pas ! A faire exploser des choses, ça oui ! Je les fais exploser avec eux ! Mais renifler, non.

A vrai dire c’est une chose que je n’ai pas fait depuis longtemps. Renifler certaines substances a toujours été quelque chose que je pensais indispensable. Il faut au moins le faire une fois pour pouvoir dire à ses élèves qu’il ne faut pas le faire. Comment est-ce qu’ils pourraient me croire si je n’ai pas subit les effets moi-même ?

Ou alors ils m’appellent peut-être comme ça parce que je suis écossais et que je leur parait étrange. ajoutais-je en rigolant.

   
ΨΨ
       

© Macha

     

     

_________________
Albert Einstein. There are only two ways to live your life. One is as though nothing is a miracle. The other is as though everything is a miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 17/05/2014
☆ Copies rendues : 234
☆ Avatar : Karen Gillan
☆ Crédits : Ava :Bazzart Code: babite Gif: Trumb
☆ Etudes/Emploi : Prof de physique


MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   Sam 14 Juin - 17:55

Premier jour, première galère
Elen & Alec

Le rire d’Alec résonna dans la salle des enseignants pendant quelques instants. Elen suivit en rigolant à son tour avec son meilleur ami, cela faisait du bien, à elle en tout cas, mais elle espérait fortement que c’était aussi le cas pour le brun face à elle. Rire était l’un des passe-temps préféré de l’Écossaise, elle prenait plaisir à une sortie seulement si elle pouvait y rire, elle estimer même que beaucoup de choses n’était pas réussi s’ils n’y avaient personne qui rigolait. Même lors de ses cours elle essayait de partager sa bonne humeur en provoquant le rire de ses étudiants. Bon pas à tous les cours de temps à autres seulement, il fallait bien restait sérieux tout de même.

« Des voitures hallucinantes ? Il faut que tu m’en dises plus, tu as piqué mon intérêt… »

En effet, l’Écossais avait parlé de la grande folie des américains après que la rousse lui ai évoqué une loi étrange qu’elle avait lu sur internet concernant les États-Unis. Mais sur le coup elle ne comprenait pas ce qu’ils pouvaient bien faire à leurs voitures. Bon le tuning elle connaissait, elle en avait déjà vue, l’Écosse n’était pas si paumé que ça. Mais la rouquine douté que son ami parle de ceux-ci, c’était banal, certes il fallait de l’imagination, mais peut-être pas de la folie.

« Faire exploser des choses c’est dans tes habitudes. Dis-moi, les salles de physique de et chimie sont aussi dans le même secteur ? J’aurais le droit à des bruits étranges ici aussi ?? »

Elen évoquer l’université d’Édimbourg ou leur salle n’était pas trop loin les unes des autres et par moment les cours de la physicienne était interrompue par un son d’explosion ce qui perturbé ses étudiants. Bon elle arrivait très vite a les rassurées car son collègue avait la gentillesse de la prévenir avant son cour. Bien que ces expériences avaient l’aire toujours intéressante, elle préférait tout de même la physique ou ses expériences était seulement des démonstrations de masse et de force ou de rayon lumineux.

« Simplement parce que tu es Écossais ? Si c’est le cas, il va falloir partager ta réputation maintenant. »

Elle avait souri en disent cela. En même temps c’était logique, elle aussi venait de là-bas, mais sérieusement elle pensait que ce n’était pas la véritable raison. Le caractère ou plutôt le comportement de son ami devait en être la source, mais elle ne pouvait en être sur le temps qu’elle ne l’aurait pas vue évoluer dans cette nouvelle ville aux milieux de ses nouvelles connaissances.

« Mais dis-moi, même si les femmes sont insensible a ton charme et que d’autre te trouve fou. Ils y a quand même des gens sympas ? »
Code by Silver Lungs

_________________
Jean-Pierre Florian « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, chagrin d’amour dure toute la vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Premier jour, première galère ¤ [Elen & Mr Alec]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» A l'aube du Premier Jour [Aniel]
» Premier jour [ Fini ]
» Je fais le grand saut dès le premier jour |Urgent - Mia | => Fini!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
» Aide pour Hen [Toutes les Aides] - EN PAUSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Princeton University  :: CAMPUS DE PRINCETON :: Open your book and study ! :: Salle des professeurs-