Bienvenue à Princeton !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .
 

 Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

MessageSujet: Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden   Sam 22 Mar - 20:42


     
Quand l'armée rencontre la police

     
The robbed that smiles
steals something from the thief
Cela fait peu de temps que je suis à Princeton et voilà que je me réveil un samedi matin et ma moto n’est plus dans la rue. Et bien ça c’est parfait, ma super belle moto que j’avais amené exprès d’Australie vu que je ne voulais pas avoir à en trouver une autre. C’est clair qu’elle peut être belle pour que des gens aient prit la peine de la voler mais alors ils ne savent pas à qui ils ont affaire parce que si je les retrouve ils vont entendre parler de moi. Autant dire que ma matinée est gâchée. Dire que c’est un jour de repos pour moi. Dommage. J’ai pensé m’en occuper seul, sans l’aide de qui que ce soit mais étant nouveau dans cette ville je n’ai aucun contact. Personne ne peut donc me renseigner sur les endroits où elle pourrait possiblement se trouver et qui aurait pu la voler. Voilà donc que je suis obligé d’aller faire un tour au commissariat pour déclarer le vol. Non pas que j’y aille à reculons mais un peu quand même. Dans l’armée on n’est pas très fan des policiers. Ils ne comprennent pas ce qu’on fait et sont toujours sur notre chemin, surtout quand on fait partie des forces spéciales. Je me résigne donc.

Je prends mon petit déjeuner, je m’habille et je me dirige vers le commissariat. N’ayant plus de moto je dois m’y rendre à pied. Heureusement que cela ne me gêne pas de marcher car ce n’est pas la porte à côté. Me voilà arrivé, je pousse la porte et vois deux idiots en uniforme derrière leur bureau en train de jouer sur leurs ordinateurs. Non ça ne peut pas être du travail vu qu’ils n’utilisent que leurs souris. Déprimant. C’est obligé qu’ils aient autre chose à faire. Bref, je me dirige à l’un des bureaux, patiente un petit peu que le policier remarque ma présence. Apparemment il n’a pas vraiment envie de détourner le regard de son écran d’ordinateur. Je racle ma gorge pour faire comprendre que je suis là, que j’attends et que j’aimerais bien qu’on m’écoute. Excusez-moi monsieur. Oui, mais non il n’a réellement pas l’air d’avoir envie de me regarder. Je suis à deux doigts de m’énerver, le point fermé et posé sur le comptoir pour me retenir de sauter par-dessus pour étrangler ce policier. Voilà pourquoi je n’aime pas la police ! D’ailleurs je ne sais même pas ce qui me retient. J’ai plus de self control que je ne le pensais. Quelques années auparavant le policier aurait pris un poing dans la figure depuis très longtemps. Mais non, il faut que je me retienne car je veux tout de même déposer une plainte pour vol, je ne veux pas me retrouver derrière les barreaux à peine revenu dans le monde civil de manière officielle.
     
(c) AMIANTE



Dernière édition par Jayden R. Anderson le Lun 14 Avr - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 18/03/2014
☆ Copies rendues : 51
☆ Avatar : Jennifer Morrison.
☆ Crédits : © cassiopeia.
☆ Etudes/Emploi : Lieutenant de police.
© emma-mary-margaret.

MessageSujet: Re: Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden   Mer 2 Avr - 5:52



QUAND L’ARMÉE RENCONTRE LA POLICE
feat Loane and Jayden.

Aujourd'hui était un jour comme un autre, enfin c'est ce que je croyais jusqu'à ce j'apprenne par ma hiérarchie que mon partenaire avait été muté dans un autre commissariat et que quelqu'un d'autre prendra sa place dans les jours, voir même les heures à venir. Allons bon, comment se faisait-il que Casey ne m'est pas prévenu de son transfert ? Il me semblait pourtant que l'on pouvait tout se dire tous les deux.. Apparemment non. Bref, une fois la nouvelle apprise, j'avais pris la direction de mon bureau et après m'être préparée un café, j'avais plongé mon nez dans un dossier, assez prise de tête, espérant enfin voir le bout de cette affaire. Quelques dizaines de minutes plus tard, ayant besoin de changer d'air et surtout de m'aérer un peu, j'avais décidé de sortir de mon bureau pour aller boire un autre café et sortir prendre l'air à l'extérieur, quand j'avais aperçu l'officier chargé de l'accueil ignorer totalement un homme, qui s'adressait à lui.

- Hopkins ! Tu veux allez faire la circulation aujourd'hui ? Non ? Alors dépêche-toi de t'occuper de monsieur avant que je te mette un coup de pied au derrière !

Non mais c'était pas croyable ça, parce que monsieur était au chaud, derrière son bureau, il se permettait de surfer sur internet, plutôt que de s'occuper d'un citoyen qui était apparemment venu demander de l'aide. Voyant que ce dernier ne se pressait pas, malgré mon avertissement, j'avais choppé un gilet de sécurité et un sifflet dans l'armoire qui se trouvait derrière lui et lui avait tendu avant de reprendre à son encontre :

- Allez dépêche toi ! Hernandez a besoin de toi à la sortie du lycée. Je pense que vu ta motivation, vous ne serez pas trop de deux pour vous occuper de la circulation.

Reportant ensuite mon attention, sur l'homme qui attendait toujours qu'on s'occupe de lui, j'avais alors reprit la parole :

- Venez dans mon bureau, on sera beaucoup plus tranquille pour parler de ce qui vous arrive. Désolée pour l'attente, mon collègue n'est pas ici depuis longtemps et il y a fort à parier que s'il continue dans sa lancée à la fin de la semaine, il ne soit plus là.

Lui faisant ensuite signe de me suivre, nous nous étions rendu dans mon bureau et après avoir fermé la porte de celui-ci, j'avais ajouté, en lui montrant la cafetière :

- Vous voulez boire quelque chose ? C'est offert par la maison ! Mais je vous préviens ça n'a pas vraiment le goût d'un café Nespresso...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


Dernière édition par Loane C. Roberts le Mar 10 Juin - 7:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

MessageSujet: Re: Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden   Mer 2 Avr - 13:47


   
Quand l'armée rencontre la police

   
The robbed that smiles
steals something from the thief
Je suis à la limite de passer par-dessus le bureau pour mettre mon poing dans la figure du policier quand une femme intervient. Hopkins ! Tu veux allez faire la circulation aujourd'hui ? Non ? Alors dépêche-toi de t'occuper de monsieur avant que je te mette un coup de pied au derrière ! Je la regarde un peu surpris. Wow, ça c’est une femme qui aurait été respectée dans le monde militaire. Je tourne le regard vers le policier concerné, apparemment appelé Hopkins, mais celui-ci ne bouge pas ou alors il bouge tellement lentement que je ne le vois pas. Du coin de l’œil la policière qui venait de parler attire mon attention, elle récupère un gilet de sécurité et un sifflet qu’elle lui envoie. Allez dépêche toi ! Hernandez a besoin de toi à la sortie du lycée. Je pense que vu ta motivation, vous ne serez pas trop de deux pour vous occuper de la circulation. Alors là elle me clou le bec. Le fameux Hopkins se lève presque automatiquement même si c’est en tirant une tête de déprimé. Il n’a pas l’air heureux de se retrouver à la circulation et à sa place je n’aurais pas apprécié tant que ça non plus mais il faut avouer qu’il l’a bien cherché. La policière tourne ensuite son attention vers moi. Venez dans mon bureau, on sera beaucoup plus tranquille pour parler de ce qui vous arrive. Désolée pour l'attente, mon collègue n'est pas ici depuis longtemps et il y a fort à parier que s'il continue dans sa lancée à la fin de la semaine, il ne soit plus là. Tout en la suivant dans son bureau je regarde Hopkins se diriger vers la sortie avec son gilet sur les épaules et son sifflet autour du cou. Les policiers faisant la circulation n’ont vraiment pas l’air malin quand on les croise en voiture mais alors lorsqu’ils sortent du commissariat et qu’on sait qu’ils y vont, ils ont l’air encore moins malin. Malgré cela je suis quand même déçu de ne pas avoir pu lui mettre mon poing dans la figure, il faut avouer que j’aurais bien aimé pouvoir me défouler un petit coup mais bon … cela m’aurait apporté plus d’ennuis qu’autre chose.

Une fois dans le bureau, je m’assoie à l’opposé de son bureau alors qu’elle ferme la porte. Je la suis du regard quand elle se déplace dans le bureau, un peu en admiration je l’avoue. Etant originaire du monde militaire, et surtout du monde des forces spéciales, une femme autoritaire n’est pas une chose que l’on voit tous les jours. Vous voulez boire quelque chose ? C'est offert par la maison ! Mais je vous préviens ça n'a pas vraiment le goût d'un café Nespresso... Je rigole. Le café des commissariats de police n’a pas bonne réputation, que ce soit grâce aux films, aux séries ou aux reportages les concernant. Cependant j’ai été habitué à boire pire que cela alors je pense que j’arriverais à le boire sans souci et il est le bienvenue aujourd’hui. Oh bah puisque c’est offert par la maison, pourquoi pas ! Elle nous sert donc chacun une petite tasse de café. Je me retourne vers l’accueil où je vois le bureau vide et l’autre bureau avec le policier derrière en train de renseigner une personne qui était arrivé après moi. Je vois que vous vous faites bien respecter ici, ce n’est pas tous les jours que l’on voit ça d’une femme. Non pas que je sois machiste hein ? Je me tourne à nouveau, à temps pour le moment où la policière me tend ma tasse que je prends en faisant bien attention de ne rien renverser.
   
(c) AMIANTE



Dernière édition par Jayden R. Anderson le Lun 14 Avr - 15:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 18/03/2014
☆ Copies rendues : 51
☆ Avatar : Jennifer Morrison.
☆ Crédits : © cassiopeia.
☆ Etudes/Emploi : Lieutenant de police.
© emma-mary-margaret.

MessageSujet: Re: Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden   Ven 11 Avr - 18:09



QUAND L’ARMÉE RENCONTRE LA POLICE
feat Loane and Jayden.

Une fois le café prêt et versé dans la tasse, j'avais tendu celle-ci à l'homme qui se trouvait dans mon bureau, avant de me servir une tasse à mon tour et m'installer ensuite à mon bureau, face à l'homme qui était venu au commissariat pour un motif quelconque. Ce dernier me faisant part du fait qu'il avait remarqué que je m'étais bien fais respectée, j'avais esquissé un léger sourire avant de lui répondre :

- Croyez le ou non, il en a fallu du temps pour que l'on me prenne sérieux. Une femme lieutenant de police dans un commissariat rempli d'hommes... Vous imaginez leur réaction quand ils ont appris qu'ils allaient se retrouver sous mes ordres... Enfin bref...

Buvant ensuite une gorgée de mon café, j'avais reposé ma tasse sur mon bureau, avant de reprendre une fois de plus la parole, à l'encontre de l'homme qui se trouvait dans mon bureau :

- Je suppose que si vous êtes venu ici aujourd'hui ce n'est pas pour faire un brin de causette avec moi et boire un café non ? Alors en quoi puis-je vous aider ?

Ben oui quoi, je n'allais pas lui tenir la grappe à lui parler de ma vie, alors qu'il avait certainement d'autres choses à faire.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.


Dernière édition par Loane C. Roberts le Mar 10 Juin - 7:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

MessageSujet: Re: Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden   Lun 14 Avr - 15:42


   
Quand l'armée rencontre la police

   
The robbed that smiles
steals something from the thief
Je prends une gorge du café offert par la maison et que viens de me faire la policière. En effet ce n’est pas le grand luxe, ce n’est pas le genre de café que l’on est ravi de boire tous les jours mais ce n’est pas grave pour moi puisque je sais qu’après ce dépôt de plainte je n’aurais plus besoin d’en boire. Je plains juste les policiers qui n’ont que cela à boire tous les jours. Croyez-le ou non, il en a fallu du temps pour que l'on me prenne au sérieux. Une femme lieutenant de police dans un commissariat rempli d'hommes ... Vous imaginez leur réaction quand ils ont appris qu'ils allaient se retrouver sous mes ordres  ... Enfin bref ... Je souris à ces propos. J’imagine bien leur réaction. En effet, nous avons les mêmes dans le monde militaire et j’aurais surement très mal réagit si l’on m’avait dit que j’allais être supervisé par une femme. Il y en a dans les bureaux mais de toute manière qu’ils soient hommes ou femmes, on n’a envers eux qu’un respect qui est dû à leur grade. On ne peut pas dire qu’on aurait autant de respect pour eux s’ils étaient sur le terrain. Il faut faire ses preuves avant de gagner le réel respect nécessaire à commander une unité et j’imagine que c’est la même chose dans le monde policier.

C’est alors qu’elle en vient au sujet pour lequel je suis venu au commissariat en ce jour. Je suppose que si vous êtes venu ici aujourd'hui ce n'est pas pour faire un brin de causette avec moi et boire un café non ? Alors en quoi puis-je vous aider ? Je finis la dernière gorgée de ma tasse de café puis la pose sur le bureau avant de prendre la parole. Alors … Ca fait pas longtemps que je suis ici et ce matin je me réveil en voyant que ma moto a disparu de là où je l’avais garé. Je viens donc porter plainte pour vol. Cet évènement a vraiment gâché ma matinée, voire ma journée et ça m'énerve littéralement de devoir venir au commissariat pour régler ce problème. Si je pouvais je le règlerais de moi-même mais c'est l'inconvénient des grandes villes. A la caserne, en Australie, tout le monde se connaît. Déjà personne ne volerait une moto car tout le monde sait quelle moto appartient à qui puisqu'il y en a peu. Et si un vol se produisait, l'unité entière de la victime tomberait sur le voleur. Personne ne s'y risquait donc.
   
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

avatar

☆ Arrivée à Princeton : 18/03/2014
☆ Copies rendues : 51
☆ Avatar : Jennifer Morrison.
☆ Crédits : © cassiopeia.
☆ Etudes/Emploi : Lieutenant de police.
© emma-mary-margaret.

MessageSujet: Re: Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden   Mar 10 Juin - 7:38



QUAND L’ARMÉE RENCONTRE LA POLICE
feat Loane and Jayden.

C'était vraiment n'importe quoi, alors même que j'accueillais quelqu'un qui venait me demander mon aide, voilà que je lui faisais l'apologie du café du commissariat. Était-ce utile aussi que je lui précise qu'il avait fallut du temps aux hommes de ce commissariat pour me prendre au sérieux et accepter le fait que leurs supérieurs soit une femme ? Non, je ne pense pas, mais bon maintenant que c'était dit. Buvant alors une gorgée de ce café dégueulasse que je me forçais à boire, d'une parce que je n'avais pas déjeuné et de deux parce que j'avais besoin de caféine pour commencer la journée et malheureusement, au commissariat, il n'y avait que cela comme café. Demandant ensuite au jeune homme ce qui l'avait amené ici, à part l'appel de ce café dégueulasse et imbuvable, la jeune femme soupira doucement en entendant le motif de la venue de son interlocuteur.

- D'accord je vois. Vous vous trouviez où quand cette dernière à été volée ? Je veux dire celle-ci était garée où ? Ça pourrait déjà nous être utile de partir de quelque part de précis.

Me levant ensuite pour vider ma tasse dans l'évier et chercher les dossiers concernant les plaintes contre les vols de véhicules recueillis récemment, j'étais ensuite retournée m'asseoir à mon bureau, en feuilletant consciencieusement le dossier, avant de reprendre la parole :

- Votre moto était de quelle couleur ? La marque ? Est-ce que les jours précédents le vol vous avez remarquer des personnes faire des aller et venu autour de celle-ci ou pas du tout ? Et si oui, vous vous souvenez à quoi ressemblait ces gens ?

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

MessageSujet: Re: Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden   Jeu 12 Juin - 10:36


   
Quand l'armée rencontre la police

   
The robbed that smiles
steals something from the thief
Aller dans un commissariat n’est réellement pas ce qui me réjouit. Pour moi, militaire de carrière, ce ne sont que des glandus qui ne font rien de leurs journées. Des glandus qui ne font que nous embêter quand on agit sur leur terrain. Plus d’une fois j’ai vu leur façon de faire et mon dieu que ça m’a déprimé. Du coup, quand j’ai vu que ma moto avait disparu je m’en serais bien occupé seul. Sauf que je ne connais pas la ville, je ne connais personne et pour s’occuper d’une chose comme celle-ci il faudrait des contacts. Des contacts qui me permettraient de connaître les plus gros suspects.

C’est donc à contrecœur que je vais au commissariat. Et c’est ainsi que je vois que mes préjugés se confirment avec ces deux glandus à leur bureau. Sauf que la lieutenant qui vient me voir après n’est pas pareil. Elle se fait respecter et semble prendre son travail à cœur.

D'accord je vois. Vous vous trouviez où quand cette dernière à été volée ? Je veux dire celle-ci était garée où ? Ça pourrait déjà nous être utile de partir de quelque part de précis.

Moi j’étais dans mon appart qui se situe juste au-dessus. Ma moto était garée sur le bord de la route. Quartier centre-ville.

La lieutenant se lève alors pour chercher des dossiers avant de revenir à son bureau. Feuilletant des feuilles, elle continue de me poser des questions afin d’en savoir plus sur la moto qui m’a été volée.

Votre moto était de quelle couleur ? La marque ? Est-ce que les jours précédents le vol vous avez remarqué des personnes faire des aller et venu autour de celle-ci ou pas du tout ? Et si oui, vous vous souvenez à quoi ressemblait ces gens ?

Me voilà donc en train de parler de mon petit bébé. A part, mon chien Max, ma moto est ce que j’ai de plus cher et pour rien au monde je ne l’aurais vendu en quittant l’Australie. Du coup je l’ai amené avec moi et voilà que je me la fais voler. Magnifique …

C’est une Harley-Davidson 1450 Fat Boy. Edition Platine. Je ne me souviens pas d’avoir vu des gens tourner autour. Enfin personne de suspect en tout cas. Elle attire pas mal les regards – c’est une Harley tout de même – mais personne n’avait l’air assez louche pour avoir envie de la voler.

Mon dieu que j’espère que cela va être utile d’être venu ici. Elle a l’air de bien faire son travail mais ce n’est pas pour autant qu’elle va retrouver ma moto. Je pourrais en racheter une, ce n’est pas les sous qu’il me manque mais j’en ai vécu des choses avec celle-ci … Il y a un côté sentimentale dont je ne veux pas me séparer.
   
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand l'armée rencontre la police | Loane & Jayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» qui donne des ordres au « GANG ARMÉ » la Police
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?
» Blu-Ray / DVD "Le Hobbit - La Bataille des Cinq Armées"
» Mon Armée Peaux-Vertes!
» Liste d'armée gobelines en 750 points

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Princeton University  :: COIN DETENTE :: All the crunchy files. :: Galeries aux rp's-